Différence CFA
Activités et FormationsGalerie vidéoGalerie PhotoArchives
Le Futur de La FinancePriorité aux investisseursInformations financières & sécurité de la retraiteFemmes en investissementTransparence et équité
Membres et carrière
Avantages
Profil de nos membres
Opportunités de carrière
Gestion de carrièreEntrevues carrièresDossiers spéciaux et informations utilesMentoratRessources carrière Asset TV Entrevues carrière
Bénéfices des membres
Communauté
Candidats
Les étapes
Préparation aux examens
Bourses d’études
Articles et nouvelles
Ouverture des marchésArticlesActualité financièreTÊTE-À-TÊTEDES NOUVELLES DE VOTRE ASSOCIATIONMISE EN VALEUR D'UN MEMBRE CFAVARIAEntrevues CARRIÈREFemmes en investissementInformation - candidats
X

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Entrez votre courriel dans le champ ci-dessous et nous vous enverrons un rappel de votre mot de passe.

Abonnez-vous à notre infolettre

Diffusée trimestriellement, l’infolettre de CFA Montréal se veut une publication web de contenus d’intérêts, que nous souhaitons utiles aux professionnels dans le cadre de leur pratique. Entrevues exclusives, réflexions, retour sur les événements de l’association, nominations et personnalités de l’industrie, perspectives du marché et articles sur des sujets variés, cette publication vise à entretenir un dialogue continu avec les professionnels de l’industrie financière de Montréal.
Vous êtes cordialement invités à nous transmettre vos champs d’intérêt, vos idées de sujets et des articles ou chroniques que vous avez écrits pour publication parmi nos membres.*
*CFA Montréal se réserve le droit de publier ou non les articles soumis ou d’exiger qu’un travail d’édition soit effectué, si elle estime que le sujet abordé implique une prise de position sensible ou susceptible de nuire à l’association ou à ses membres.
* Champs obligatoires
AnnulerS'abonner
Menu
Retour aux articles et nouvelles
Entrevues CARRIÈRE
inviter un amiLinkedinTwitterFacebook
| Partager
Imprimer
Entrevue carrière avec Jean Bergeron, FICA, FSA, CFA, Associé et chef de pratique, Groupe de services-conseils en gestion d'actifs et de risques, Morneau Shepell

Actuaire de formation, Jean Bergeron a su harmonieusement combiner sa pratique actuarielle à celle de la gestion d’actifs et de risques tout au long de sa carrière. Aujourd’hui associé directeur au bureau de Morneau Shepell à Montréal, il est chef de pratique et spécialiste national dans le domaine des services-conseils en gestion d’actifs pour la firme. À l’œuvre dans l’organisation depuis 1998, c’est officiellement en 2002 qu’il oriente définitivement sa pratique vers la gestion d’actifs en prenant la responsabilité du domaine des services-conseils et d’une équipe qui compte aujourd’hui une douzaine de professionnels en investissement et en actuariat.

Avant de se joindre à Morneau Shepell, Jean était actuaire au Bureau du surintendant des pensions à Frédéricton au Nouveau-Brunswick depuis 1991. À la fin des années 1980, alors qu’il travaillait à compléter ses examens en actuariat, il a aussi occupé des positions d’adjoint actuariel à Montréal pour le compte de Sobeco (ensuite acquise par Morneau), ainsi qu’à Kingston en Ontario au sein d’une compagnie d’assurance vie nationale (Empire Life).

Diplômé de l’Université de Montréal où il a obtenu un baccalauréat en mathématiques (1985), il est également Fellow de la Society of Actuaries et de l’Institut canadien des actuaires. Ayant siégé à de nombreux comités de l’Institut, il demeure un membre actif de la profession actuarielle et détient le titre d’analyste financier agréé (CFA) depuis son retour officiel à Montréal, au début des années 2000. 

Quand avez-vous commencé votre carrière et quel a été votre premier emploi ? Était-ce le poste que vous souhaitiez ?

Après mes études en mathématiques à l’Université de Montréal en 1985, j’ai pris le chemin de Kingston, Ontario, afin de travailler pour la compagnie nationale d’assurance vie Empire Life. À l’époque, suite à des études actuarielles, les possibilités d’emploi se résumaient souvent à œuvrer pour une compagnie d’assurance ou une firme de consultation. Ainsi, j’ai accepté un poste d’adjoint actuariel où l’essentiel de mes fonctions tournait autour du développement de produits de placement en assurance vie. Était-ce le poste tant convoité ? Pas nécessairement. Cependant ce genre d'emploi m’offrait la possibilité de développer une certaine expérience tout en me permettant de compléter mes examens en actuariat.

Avez-vous respecté votre plan de carrière ? Combien de fois avez-vous changé d’employeur ou de poste au sein du même employeur jusqu’à présent ? Quelle était la principale raison de ce ou ces changement(s) ?

Avais-je vraiment un plan de carrière ? J’avouerai que mon intérêt pour les placements s’est manifesté assez tôt lorsque j’étais à l’emploi du Bureau du surintendant des pensions à Fredericton au Nouveau-Brunswick. À partir de ce moment, mon intérêt pour le domaine de l’investissement a commencé à influencer mes décisions professionnelles.

Ainsi, j’ai joint l’organisation de Morneau Shepell en 1998, toujours à Fredericton, afin de développer mon expertise en consultation. Bien que mes responsabilités envers nos clients, souvent des caisses de retraite, faisaient toujours appel à ma formation en actuariat, j’étais également impliqué dans d’autres aspects tels que l’établissement de politiques de placement, la révision de la performance ou la recherche de gestionnaires. Peu après mon retour à Montréal en 2000, certains départs au sein de l’équipe m’ont ouvert la porte et c’est officiellement en 2002 que j’ai saisi l’opportunité de prendre les rênes du service-conseil en matière de gestion d’actifs, rôle que j’occupe toujours aujourd’hui.

Décrivez-nous le poste que vous occupez actuellement. Avez-vous rencontré des obstacles significatifs lors de votre cheminement de carrière ? Qu’aimez-vous le plus dans votre emploi ?

En tant qu’associé et chef de pratique en gestion d’actifs et des risques je suis responsable de la région du Québec et d’Ottawa. Je suis responsable d’une équipe d’environ douze professionnels de l’investissement et de l’actuariat. Mes fonctions incluent le conseil auprès de grandes caisses de retraite et fondations, le développement des affaires, la représentation de la firme auprès des médias, le développement d’outils et la préparation des hypothèses économiques utilisées par l’ensemble des actuaires de la firme pour les évaluations actuarielles et les projections stochastiques des actifs et du passif. 

Je vois plutôt les obstacles comme des opportunités, il ne faut pas avoir peur d’aller au-delà de ce que nous nous croyons capables de faire et foncer. Ce que j’aime le plus dans mon emploi actuel est le conseil et le contact avec le client. J’aime avoir l’expertise requise pour aider les clients qui font face à des enjeux souvent complexes. Mon travail me permet d’apporter des solutions à des problèmes concrets.

Selon vous, quelles sont les compétences à posséder pour avoir du succès dans votre champ d’expertise ? Quelle différence la désignation CFA® a-t-elle faite dans votre cheminement de carrière ?

Pour avoir du succès dans le domaine, je crois qu’il est important d’avoir une certaine empathie pour les clients. Il faut comprendre leurs besoins et ce qui est important pour eux. Il faut être dynamique et capable de travailler sur plusieurs dossiers en même temps. On doit aussi être un bon vulgarisateur, car les travaux sont souvent complexes et le client n’est pas toujours familier avec certains concepts financiers.  Il faut être apte à livrer le message et à comprendre les enjeux du client.

La désignation CFA® m’a permis d’améliorer mes connaissances en investissement. Cela m’a aussi permis d’obtenir mon premier poste en gestion d’actifs. Ce titre m’a permis d’avoir de la crédibilité dans le domaine de l’investissement.

Comment percevez-vous les perspectives de carrière dans votre secteur ? Quelles recommandations feriez-vous à quelqu’un qui amorce sa carrière dans ce domaine ?

Dans le domaine de la consultation en investissement, les perspectives de carrières sont bonnes, le travail ayant évolué beaucoup depuis la dernière crise financière. Aujourd’hui, les travaux mettent davantage l’emphase sur la gestion de risques au sein des stratégies de placement. Il n’est pas nécessaire de posséder des études en actuariat pour œuvrer en consultation, nous cherchons une expertise diversifiée, notamment des personnes qui sont davantage spécialisées dans certaines classes d’actifs.

Pour les personnes qui amorcent leur carrière en consultation, je crois que le plus important est qu’ils aient la passion pour le domaine, qu’ils sachent prendre des initiatives et qu’ils voient les opportunités. Il faut évidemment avoir de bonnes aptitudes en mathématique et être un bon vulgarisateur.

En début de carrière, les nouveaux consultants doivent apprendre le métier, connaître les gestionnaires, les marchés, les stratégies et le calcul de performance. Il est ensuite possible de se spécialiser. Il faut simplement qu’ils s’assurent que les besoins des clients soient comblés.

Message